Skip to content

29/10/2020 News

Avec le PERL à Lacq, Total fait un pas de plus dans la maîtrise des émissions de méthane

Des nouvelles technologies de détection et quantification de gaz à effet de serre ont été testées dans un environnement industriel sécurisé. 

 

perl-plateforme-tadi.jpg

 

Chez Total, lutter contre le réchauffement climatique et atteindre notre ambition de neutralité carbone d’ici 2050 passe par la maîtrise et la réduction des gaz à effet de serre (GES) issues de nos activités, notamment de la production de pétrole et de gaz.  

Dans la ligne de mire : le méthane. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’un GES puissant, qui possède un pouvoir de réchauffement global au moins 25 fois supérieur à celui du CO2 sur 100 ans. Trouver des solutions rapidement pour le réduire constitue un enjeu majeur pour le groupe Total et un défi sans précédent pour ses équipes de R&D.

Dans ce contexte, la plateforme TADI pour Total Anomaly Detection Initiatives, du Pôle d’Etudes et de Recherche de Lacq (PERL) s’affirme comme un outil essentiel au service de la R&D du groupe Total pour mener des tests de détection et quantification de GES, dans un environnement industriel sécurisé. 

Localisée sur la Plateforme Pilotes de Lacq (PPL) du PERL, la plateforme TADI est un site d’essais pour tester et qualifier des technologies innovantes de détection et de quantification de fuites de gaz. Ses équipements issus du démantèlement des installations de notre ancienne usine (tuyaux, vannes, cuves, colonnes, têtes de puits, torches, etc...) en font un théâtre industriel, réaliste et modulaire, où nous pouvons reproduire de manière contrôlée une grande variété de scénarios issus des retours d’expérience terrain.

Fin septembre, TADI a accueilli pour la deuxième année consécutive la campagne environnement du Laboratoire Qualité de L’Air (LQA) de notre Branche Raffinage-Chimie. Si l’objectif de l’édition 2019 consistait à tester un large panel de technologies prometteuses, cette nouvelle campagne s’est concentrée sur une sélection réduite développée à la R&D, comme celle du développement du  drone AUSEA, ou par les startups les plus performantes identifiées l’année dernière.

Le défi de cette édition reposait sur la détection, mesure et quantification de lâchers de méthane à très bas débit. Pari réussi pour AUSEA, les nouveaux micro-capteurs fixes et autonomes et les technologies optiques !